Master Class de composition musicale pour le cinéma

Sous l'égide de la Sacem, le Festival organise tous les ans une Master Class de composition musicale pour l'image. Dirigée par des compositeurs et compositrices de talent, cette Master Class permet à une dizaine de jeunes compositeurs.trices de bénéficier de 10 jours de formation intensive afin de recréer la musique originale de courts métrage ou extraits de films.

 

 

Admissibilité

Les compositeurs et compositrices souhaitant participer à la Master Class doivent :

•    avoir entre 18 et 35 ans
•    être compositeur.trice-interprète
•    être intéressé.e par la relation de la musique à l’image
•    être disponible aux dates du Festival

 

Comment candidater ?

Les inscriptions seront ouvertes à partir de mi-décembre 2022

Pour ne pas les manquer, rendez vous en bas de cette page pour vous inscrire à notre newsletter et suivre le MCM sur les réseaux sociaux ! 

La Master Class est totalement gratuite, il n’y a aucun frais d’inscription. Les frais de transport, hébergement et restauration sont pris en charge par le Festival en cas de sélection.

Les participant.e.s seront informé.e.s par mail de leur sélection dans le mois suivant la fin des candidatures.

Pour tout renseignement supplémentaire, vous pouvez nous contacter : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 04 42 18 92 10.

Les Master Class

  • 2022

    Master class de composition musicale pour l'image du 23e Music & Cinema - Festival International du Film à Marseille - du 30 mars au 9 avril 2022

    Sous l'égide de la Sacem, le Festival organise une Master class de composition musicale pour l'image. Dirigée par la compositrice Marie-Jeanne Séréro, cette master class s'adresse à 8 jeunes compositeurs.trices/interprètes et se tiendra du 30 mars au 9 avril 2022.

    L'objectif étant de fournir un travail achevé le 9 avril à l'occasion de la soirée de clôture du Festival Music & Cinema et d'offrir une représentation publique sous forme de ciné-concert, interprétée par les participants.

    MARIE-JEANNE SÉRÉRO

    Dès l’enfance, Marie-Jeanne Séréro entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) où elle obtient de nombreux premiers prix dans les classes de solfège spécialisé, harmonie, contrepoint, orchestration, accompagnement au piano et direction de chant.
     
    Elle vit parallèlement ses deux passions : la voix et l’écriture orchestrale (arrangements ou compositions de musiques de films, créations contemporaines, compositions chorégraphiques et lyriques).
     
    Au CNSMDP, elle est tout d'abord professeur de direction de chant puis d’orchestration et depuis 2006, de la classe de musique à l'image.
     
    Pendant de nombreuses années, elle donne des concerts dans toute l’Europe (en duo avec Rostropovitch, P. Fontanarosa, Dider Lockwood, O. Charlier, R. Pasquier, Christiane Eda-Pierre, le Quatuor Ludwig).
     
    Marie-Jeanne Séréro compose, orchestre, et dirige des projets musicaux prestigieux, pour le cinéma, le théâtre, et le spectacle événementiel, ou pour la réalisation d’albums très divers.
     
    Ces dernières années, elle se consacre principalement à la composition pour les musiques de scène (Comédie Française, Théâtre de la Colline, etc.) et le cinéma.
    Pour le cinéma, on lui doit notamment la partition musicale de Guillaume et les Garçons, à Table de Guillaume Gallienne ; Anton Tchékov 1890 de René Féret, ou encore Banlieusards de Kery James, Leïla Sy...

    Marie-Jeanne Séréro a été récompensée du Prix Musique de la SACD en juin 2016 ainsi que du Prix France Musique – SACEM de la musique de film en novembre 2016.
    Les compositeurs participants :
    • Théodore Vibert - Violoncelle
    • Quentin Lupinko - Guitare
    • Jean-Victor Suzanne - Clarinette, piano
    • Emma Lutringer-Gully - Guitare, piano, violon
    • Clément Musy - Piano, clarinette, saxophone
    • Clémentin Bonjour - Alto, piano
    • Diego Ayala Raffalli - Guitare
    • Marine Bonnetain - Violon, alto
    • Görkem Agar - Piano, clavier 
  • 2021

    Master class de composition musicale pour l'image du 22e Festival International du Film d'Aubagne - Music & Cinema du 10 au 20 mars 2021

    La Master class de composition musicale 2021, organisée sous l'égide de la Sacem, a été dirigée par la compositrice Florencia Di Concilio. Elle s'est adressée à huit jeunes compositeurs/interprètes et s'est tenue du 10 au 20 mars 2021. L'objectif étant de fournir un travail achevé le 05 juin à l'occasion de la soirée de clôture du Festival Music & Cinema et d'offrir une représentation publique sous forme de ciné-concert, interprétée par les participants.

    FLORENCIA DI CONCILIO

    Saluée par la presse internationale, Florencia Di Concilio est une des artistes les plus prolifiques et versatiles de la nouvelle génération de compositeurs de musique que ce soit classique, de film, ou encore électronique.
    Née à Montevideo, dans une famille de musiciens et bercée tantôt par le piano de son père, musicien de jazz, tango, et musique afro-uruguayenne, comme par les innombrables disques de musique italienne et opéra qui tapissent les murs de la maison familiale, Florencia quitte l’Uruguay pour étudier le piano classique, la composition, et l'orchestration au New England Conservatory à Boston, USA, prestigieuse institution académique où se côtoient le jazz et la musique classique.

    Installée à Paris, Florencia Di Concilio a composé la musique originale d’une quarantaine de films pour le cinéma et la télévision. Elle a signé la musique originale de Push de Fredrik Gertten, prix du publique au CPH:DOX 2019 et nommé aux European Film Awards, Buddy de Heddy Honigmann, Ma Nudité Ne Sert à Rien et Savoir Compter de Marina De Van, avec Anna Mouglalis, Primas de Laura Bari, Prix du Publique au Festival International de Mar del Plata 2018, Ava de Léa Mysius, Prix SACD de la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2017, Becoming Zlatan, sélectionné aux European Film Awards , Angry Inuk , Prix Spécial du Public au festival Hot Docs, ou encore de Dark Blood, film posthume de River Phoenix, terminé en 2013 et primé en Sélection Officielle du Festival International du Film de Berlin. Sa partition originale pour Bulles d’Air de Daouda Diakhaté lui a valu le Grand Prix de la Meilleure Musique Originale au Festival International du Film d’Aubagne - Music & Cinema 2019.
    Elle a récemment signée la musique originale de Calamity: une enfance de Martha Jane Cannary, de Rémi Chayé, grand gagnant du dernier Festival d'Annecy, pour laquelle elle est nommée aux Prix Lumières 2021, et remporte le prix de la meilleure musique au Festival de Bucheon en Corée du Sud. Florencia Di Concilio vient aussi de signer la partition du long métrage Just Kids de Christophe Blanc, avec Kacey Mottet-Klein, de la série originale Netflix US Trial 4, et de Influence de Richard Poplak et D. Nielle, primé lors du dernier festival de Sundance.

    Florencia Di Concilio compose en ce moment la musique des nouveaux films de Heddy Honigmann, Tanaz Eshaghian et Daouda Diakhaté, et prépare sa nouvelle collaboration avec Léa Mysius pour son nouveau film Les Cinq Diables, avec Adèle Exarchopoulos.

    Le premier concerto pour piano et orchestre de Florencia Di Concilio, commandité par l’ Orchestre Philharmonique de Montevideo et primé aux USA, a été salué par la critique qui décrit sa première comme « une soirée mémorable, où le talent extraordinaire de Florencia Di Concilio mérita la pleine reconnaissance et ovation de son audience » ( El Pais). Ses Trois Etudes pour Piano, primés à NYC, ont elles aussi reçu les éloges de la presse qui les qualifient d’ « un plaisir à l’écoute » (New York Classical Review). La Miami Symphony Orchestra, dont Florencia est Compositeur en Résidence, prime son deuxième concerto pour piano et orchestre dans son Grand Season Opening, au Adrienne Arsht Center. « Le concerto, d’un romantisme sans complexe, est habilement construit. Maîtrisant l’écriture musicale et développant du riche matériel mélodique, Di Concilio a conçu une oeuvre qui plaît vraiment à l’audience. Tout au long de ses 25 minutes, le morceau suscite et garde son enthousiasme initial. Composition élégante et orchestration pleine de verve » (South Florida Classical Review).

    Avide de nouveaux défis artistiques, Florencia collabore fréquemment avec des compagnies de danse contemporaine, solistes, ensembles de musique, et artistes visuels, tels que la CobosMika Dance Company dans une commande du Mercat de les Flors à Barcelone, ou encore avec Camille Henrot dans une pièce commanditée par la Galerie Nationale du Jeu de Paume.

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Andreas Moulin (Violon, Piano)
    • Benjamin Gueit (Violon)
    • Greg Eleftheriou (Guitare)
    • Myung Hwang Park (Piano)
    • Aurélien Noiret (Piano)
    • Marie-Anne Faupin (Flûte traversière, Piano)
    • Hugo Audier (Percussions, Batterie)
    • Paula Olaz Moratinos (Piano)
  • 2020

    Dans le cadre du 21e Festival International du Film d'Aubagne - Music & Cinema (30 mars au 4 avril 2020)

    La Master Class de composition musicale pour l"image – organisée sous l’égide de la SACEM – sera dirigée par Renaud Barbier. Elle s'adresse à huit jeunes compositeurs/interprètes et se tiendra du 25 mars au 4 avril 2020. Cette résidence de 10 jours permettra de créer des partitions musicales originales pour l'image, restituées sous forme de ciné-concert, le 4 avril à l'occasion de la cérémonie de clôture du Festival et interprétées par les compositeurs retenus.

    RENAUD BARBIER

    ©Romin Favre

    Après 10 ans de piano classique, Renaud Barbier étudie au Centre Musical Créatif de Nancy où il en sort diplômé en 1991 avec une mention spéciale à l’unanimité avec les félicitations du jury. Musicien de scène au sein de formations jazz et musique du monde, il intègre ensuite le Berklee College of Music de Boston (USA) en Performance Piano Jazz, Composition, Film Scoring et Jazz Composition auprès de Herb Pomeroy. Il s’oriente alors sur la composition et la direction orchestrale. Depuis, Renaud Barbier a composé plus d’une cinquantaine de musique de films et téléfilms, série TV, documentaires et musiques de publicités. Il signe les musiques originales des films tels que Le tueurs de Montmartre de Borislav Sajtinac (plusieurs grands prix internationaux), Mejor es que Gabriela no se muera récompensé par le prix du Meilleur Premier Film 2008 au Festival International de Cinequest San Jose (Ca, USA), Brassens, la mauvaise réputation avec Stéphane Rideau et Marie-Anne Chazel (Biopic, 2011) réalisé par Gérard Marx, Vauban, la sueur épargne le sang et Quand Homo Sapiens faisait son cinéma (plusieurs récompenses internationales) réalisés par Pascal Cuissot, ou encore Les impunis d’Agnès Gattegno. Son frère Eric Barbier lui confie les musiques originales de plusieurs de ses films dont Le Serpent (avec Yvan Attal et Clovis Cornillac) ou Le dernier diamant avec Bérénice Bejo et Yvan Attal. On lui doit également la composition et les arrangements de la musique additionnelle du film La promesse de L’aube toujours de son frère Éric (avec Pierre Niney et Charlotte Gainsbourg). Plus récemment, il est l’auteur de la bande originale du documentaire-fiction Que le luxe soit ! de Stéphane Bégoin ainsi que Petit Pays (adaptation du roman de Gaël Faye, 2020) réalisé par Éric Barbier (avec Djibril Vancoppenolle et Jean Paul Rouve) que l’on découvrira sur les écrans le 18 mars 2020.
    À l’instar des films pour lesquels il a travaillé, il a reçu plusieurs récompenses pour son travail (George Delerue Award, Berklee Composition Award, lauréat de la Fondation Marcel Bleustein‐Blanchet…).

    COMPOSITEURS RETENUS :

    Yasmine Meddour
    Hassan Ali
    Clément Boulier
    Sarah Triquet
    Samuel Marot-Saferis
    Erella Atlan
    Antonin Mège
    Clémentine Charuel

    CINÉ-CONCERT DISPONIBLE ICI
  • 2019

    Dans le cadre du 20e Festival International du Film d'Aubagne du 13 au 23 mars 2019

    Le Festival International du Film d’Aubagne organise – sous l’égide de la SACEM – une Master Class de composition musicale pour l’image dirigée par le compositeur Christophe Héral. Elle s'adresse à une dizaine de jeunes compositeurs. L'objectif étant de fournir un travail achevé le 23 mars à l'occasion de la soirée de clotûre du Festival International du Film d'Aubagne et d'offrir une représentation publique sous forme de ciné-concert, interprétée par les participants.

     

    LA MASTER CLASS DE CHRISTOPHE HERAL

    "Pour le 20e anniversaire d’un festival qui unit si bien la musique et l’image, j’aurai la lourde et exaltante tâche de fusionner huit parcours musicaux différents et de les faire résonner d’une seule voix.
    Si une même musique permet parfois la réalisation de plusieurs films autant honorables les uns que les autres, qu’en est-il de l’inverse ? Et si on mélangeait les propositions ?
    Autre grande première à Aubagne : la création d’une musique interactive jouée live, alors qu’un joueur affrontera des zombies canadiens; prétexte à l’appréhension des contraintes de la composition musicale pour le jeu vidéo."

    ChristopheHeral MaudSaintin

     

     

     

     

     

     

     

     

    © Maud Saintin

    Christophe Héral est un compositeur et designer sonore français pour le cinéma, la télévision et le jeu vidéo.

    Connu et reconnu pour ses nombreuses compositions, il a, entre autres, reçu le prix de la meilleure musique originale au Festival du cinéma d’animation français de Bruz en 2011 pour La douce. Le court métrage La queue de la souris dont il a signé la musique, est nommé aux Césars en 2012. Après le long métrage L'Île de Black Mór de Jean François Laguionie, il compose la musique de Kérity, la maison des contes et obtient une mention spéciale du jury au Festival d’Annecy (2010). En parallèle, il collabore avec Michel Ancel, notamment en composant les musiques des jeux Beyond Good and Evil qui reçoit de nombreux prix, Rayman Origins, Tintin et le secret de la Licorne et Rayman Legends (Ubisoft) pour lequel il reçoit le prix de la meilleure musique originale de jeu vidéo aux Game Paris Awards (2013).

    Actuellement, il compose la musique de la suite de Beyond Good and Evil pour Ubisoft, Wild pour Sony, deux jeux video AAA, Le voyage du prince (prochain long métrage de Jean François Laguionie) ainsi que trois courts métrages d’animation.

    En dehors de ces belles récompenses, Christophe Héral est un homme curieux et passionné de toutes les cultures, de toutes les musiques et collectionne les instruments de musique.

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Benjamin Guigue-Rodet : guitare
    • Lisa Chevalier : piano
    • Paul Tyan : guitare et piano
    • Benoit Lefevre : violon
    • Maïa Blondeau : saxophone
    • Daphné Hejebri : violon
    • Théo Perek : batterie, percussions et synthétiseurs
    • Lolita Del Pino Lozano : piano
    • Audrey Houdart : guitare et machines électroniques
  • 2018

     

    The Festival International du Film d’Aubagne organizes with the support of the SACEM a masterclass of musical composition for picture.
    This workshop takes place March 14th to the 24th and intended 8 young composers/musicians.
    Like every year this Master Class is led by a famous composer (Jérôme Lemonnier, Bruno Coulais, Gilles Alonzo, Marc Marder, Jean-Michel Bernard, Selma Mutal, Charles Papasoff, Pierre Adenot, Cyrille Aufort...).

    In 2018, Stephen Warbeck will led the Master Class of the 19th Festival International du Film d'Aubagne.

    STEPHEN WARBECK

    Stephen Warbeck began studying piano and composing of the age of four. By his midteens, he developed an affinity for rock’n’roll as well as for theatre. After eight years of working as a composer and performer for the theatre, Stephen Warbeck began writing music for film and television. He has since built up a considerable filmography.

    Film scores include "Mon Roi", "Seve", "Polisse", "Proof", "Mrs Brown", "Two Brothers", "Mystery Men", "Quills", "Billy Elliott", "Captain Corelli’s Mandolin", "Charlotte Gray", "Birthday Girl" and "Shakespeare in Love", for which he won an Academy Award. He has written music for more than 40 television projects, received five BAFTA nominations and in 2013 a BAFTA Award for his work on "Richard Eyre’s Henry IV", "Indian Summers", "Fungus the Bogeyman" and "A Young Doctor’s Notebook".

     

    Stephen’s notable stage productions include: the RSC’s Wolf Hall and Bring Up The Bodies; the Royal Court’s The River and Jerusalem and "The Seagull"; The National Theatre’s "The Red Lion" and many productions for Shakespeare’s Globe Theatre, The Almeida and West End theatres. In addition to composing for film and television, Stephen is a founder member of the anarchic pub band The hKippers for whom he composes and performs. He has his own ensemble who perform selections of his film music. Stephen has written several concert pieces and the ballet "Peter Pan".

    THE INVOLVED COMPOSERS
    • Henrik André : violin
    • Diana Buscemi : piano
    • Jérôme Carayol : accordion
    • Guillaume Foisseau : trumpet
    • Pierre Golse : flute
    • Stéphanie Hamelin Tomala : violin
    • Sofiane Kadi : guitar
    • Mathieu Parisot : piano
    • Louis Viallet : guitar
  • 2017

    Lors de la 18e édition du Festival, et toujours avec le concours de la SACEM, une Master Class de composition musicale pour l’image, dirigée par le compositeur Jérôme Lemonnier a été organisé. Elle s’est adressé à neuf jeunes compositeurs qui ont eu pour mission d’écrire la première musique originale de courts métrages (5m80 de Nicolas Deveaux, Celui qui a deux âmes de Frabice Muang-Vija, Tma, Svetlo, Tma de Jan Svankmajer, Le voyage dans la lune de Georges Méliès et Les allées sombres de Claire Doyon). Ils ont présenté leur travail lors de la soirée de clôture le 25 mars 2017.

    LA MASTER CLASS DE JÉRÔME LEMONNIER

    « Comme il a été souvent décrit, beaucoup de mystères entourent les relations qui relient la musique et l’image. Il serait vain de chercher à théoriser ces liens tant les différents niveaux de relations s'enchevêtrent et se répondent : le rapport à l'histoire, aux personnages, à leurs émotions, mais aussi le rapport aux couleurs, leur densité, leur mouvement. Souvent même, le rapport à ce qui n'est ni vu ni dit. C’est une myriade de détails visibles ou cachés qui peuvent entrer en résonance avec la musique créant une conversation entre l’œil et l’oreille.
    Que se passe-t-il lorsque le son et l'image parlent à l’unisson ? Lorsque le son et l'image s’opposent, se tiraillent, ou se complètent ? La Master Class de composition musicale pour l’image du Festival International du Film Aubagne que j'aurai le plaisir d’animer cette année sera pour les jeunes compositeurs et interprètes ainsi que pour moi-même une formidable occasion d'expérimenter ces relations puissantes et intimes, de jouer avec les émotions, leurs proportions, leur intensité et leur mélange comme lors d'un grand atelier de préparation culinaire ! Avec, au bout de dix jours de construction et de travail commun, le plaisir de transmettre et de partager en ciné-concert et avec le public, toutes ces émotions rassemblées. »

    JÉRÔME LEMONNIER

    Jerome Lemonnier

    Ayant débuté le piano à l'âge de cinq ans, Jérôme Lemonnier a poursuivi sa formation musicale à l'École Normale de Musique de Paris, à la Sorbonne en Musicologie et au Conservatoire National de Musique de Paris. Puis, il a travaillé comme compositeur ainsi qu’arrangeur et signé de nombreuses musiques de chanson, de théâtre, de télévision et de publicité. C'est en 2006 qu'il commence à écrire pour le cinéma après sa rencontre avec le réalisateur et scénariste français Denis Dercourt. Durant sa carrière, il a également travaillé avec des réalisateurs comme Christophe Ali, Nicolas Bonilauri, Raphaël Nadjari et Emmanuel Courcol. Sa première musique de film, La Tourneuse de Pages, est nominée à la 32e cérémonie des César du cinéma en 2007. Puis se suivent Demain dès l'Aube, La Chair de ma Chair, Pour ton Anniversaire, En Equilibre... Plus récemment, il signe aussi les musiques de Mobile Etoile, Alex Hugo et Cessez-le-Feu. Il vient aussi de publier son premier disque de piano solo Piano Works #1 – 18 pièces de piano extraites des films de Denis Dercourt.

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Benjamin Balcon : guitare et synthétiseur
    • Hadrien Bonardo : flûte traversière
    • Louis Chenu : saxophone alto
    • Matthieu Dulong : violoncelle
    • Julien Ponsada : trombone
    • Nicolas Rezaï-Pyle : percussions et akai EWI
    • Felix Römer : piano
    • Clovis Schneider : guitare, basse et mandoline
    • David Tufano : batterie et percussions
  • 2016

    Pour la 17e édition du Festival, nous avons organisé, avec le concours de la SACEM, une Master Class de composition musicale pour l’image dirigée par les compositeurs Gilles Alonzo et Bruno Coulais. Elle s'est adressé à huit jeunes compositeurs qui ont eu pour mission d’écrire la première musique originale du film  "The Blair Witch Project". Leur travail a été présenté le 19 mars 2016, à l’occasion de la soirée de clôture du Festival, sous forme de ciné-concert orchestré par Gilles Alonzo et Bruno Coulais et interprété par les huit jeunes compositeurs.

    LA MASTER CLASS DE GILLES ALONZO ET BRUNO COULAIS

    « La musique de film n'est pas un genre en soi et l'enseigner est un exercice bien périlleux ! Car il y a beaucoup de questions et au final bien peu de réponses.
    Quelle nécessité y a-t-il à mettre de la musique sur un film ? Quel est son rapport à la narration ? Où commence et où finit-elle ?
    Quelle est sa densité orchestrale au regard de la densité de l'image ? Quelle est sa relation secrète avec la lumière du film ?...
    Voilà certaines des questions que doivent se poser les compositeurs, jeunes et moins jeunes, et nous essayerons d'y trouver des réponses, leurs réponses.
    Mais il en est une qui nous a toujours passionné et que nous aimerions particulièrement développer lors de notre Master Class : comment créer de la terreur avec la musique au cinéma ?
    Est-ce de façon théâtrale et éclatante ou au contraire avec des éléments ténus qui distilleraient la peur d'une manière souterraine chez le spectateur ? La musique a ce pouvoir incroyable de nous faire lire entre les lignes, d'imprimer à l'image les émotions et les sensations de tout un monde fantastique. Ainsi, nous espérons que lors de ce concert final tous ces jeunes compositeurs vous procurent un frisson de terreur.
    Notre enseignement n'aura pas été vain !
    »

    GILLES ALONZO ET BRUNO COULAIS

    Gilles AlonzoBruno Coulais

    Né en 1979, Gilles Alonzo a fait ses classes de piano au CRR de Marseille puis au CNSMD de Lyon (classe de Roger Muraro) où il obtient un premier prix en 2003. Depuis toujours passionné par la composition, il écrit ses premières pièces à l'âge de 11 ans. Son inspiration, naturellement influencée par son instrument de prédilection, le piano, il se tourne rapidement vers l'écriture orchestrale. Et c'est en intégrant la classe de Musique à l'Image du CNSMD de Lyon dirigée par Patrick Millet que s'affirme sa  personnalité musicale et son désir de travailler pour l'image.
    Parallèlement à sa carrière de pianiste, Gilles Alonzo signe une partition originale sur le célèbre film muet de Robert Wiene “Le Cabinet du Dr Caligari”, les courts métrages “L'emigrant”, “Le Policeman” et “Charlot fait une cure” de Charles Chaplin avant de faire ses premières armes dans l'audiovisuel. Il compose alors les musiques d'une dizaine de documentaires, puis celle du court métrage “Les Miettes” réalisé par Pierre Pinaud (César du Meilleur Court-métrage 2009 et Prix de la Critique au Festival de Cannes en 2009), partition pour laquelle il reçoit le Prix de la Meilleure Musique Originale au Festival de Court Métrage de Clermont Ferrand (2008) et le Grand Prix du Festival d'Aubagne (2008).
    Plus récemment, Gilles Alonzo a signé les musiques de films remarqués, collaborant entre autre avec Nguyen Trong Bhin pour “Bertrand Tavernier, cinéaste de toutes Les batailles” (2010), Christel Chabert sur “”Paul Ricard, Portraits” (2010)  Clara Vuillermoz sur “Le sexe de mon Identité” (2012) et le court métrage de Lorenzo Recio, “Shadow” en 2013 (Prix Télérama au Festival de Clermont Ferrand; Prix Unifrance au Festival de Cannes 2014).
    Enfin, en 2014, il signe la musique originale de plusieurs documentaires : “Le dossier Albert Göring “réalisé par Virginie Lhorme, “Le ghetto de venise”, réalisé par Emmanuela Meschini Giordano ou encore “Il etait une foi, dans les quartiers nord de marseille”, réalisé par Marie Milesi.
    Représenté par Marie Sabbah Agency,  il est également professeur de la Classe de Musique à l'Image du CNSMD de Lyon depuis mars 2012.

    Bruno Coulais suit une formation musicale de violon et de piano tout en fréquentant assidûment les cinémas du Quartier Latin. Auteur de nombreuses œuvres de concert, il découvre dans la musique de film un moyen d’expression supplémentaire. Bruno Coulais envisage son art comme une ouverture sur le monde, révélant un don d’alchimiste moderne, une manière personnelle de métisser les cultures, de créer une véritable fusion. À ce jour, Bruno Coulais a composé une centaine de musique de films parmi lesquelles "Microcosmos" (César de la meilleure musique en 1997 ), "le peuple de l’herbe", "Himalaya", "l’enfance d’un chef" de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, "Les rivières pourpres" de Mathieu Kassovitz , "Les Choristes" de Christophe Barratier "Truands" de Frédéric Schoendoerffer, "MR 73" de Olivier Marshal, "Coraline" de Henry Selick, "Brendan et le secret de Kells" de Tomm Moore Les Adieux à la reine de Benoit Jacquot, "Le Chant de la mer" de Anne Fontaine et plus recemment "Les saisons" de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud.
    Curieusement, ses grands succès populaires ne l’enferment pas dans une chapelle, ne le restreignent pas à une famille, à un périmètre déterminé. 2004, par exemple, sera une année schizophrène, écartelée entre le tsunami des Choristes de Christophe Barratier et Genesis, brillant documentaire sur le sens même de la vie, à la partition exigeante, d’une modernité frontale.
    Aujourd'hui, après trente-cinq ans de composition pour l'image, Bruno Coulais a acquis un statut unique de compositeur passeur, agent triple, dynamiteur de frontières. La preuve : à l’intérieur de sa filmographie, le Marsupilami tend la main à Volker Schlöndorff, André Gide tutoie Lucky Luke, Diderot sourit à Isaac Hayes. Ecouter ses œuvres au cinéma, en disque ou en concert, c'est une invitation à voyager dans l’univers d’un créateur déterminé à rêver en avant, un créateur dont le calme extérieur contraste étonnamment avec l’intensité du monde intérieur.  .

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Romain Camiolo : piano
    • Alexandre Chaigniau : saxophone
    • Arthur Dairaine Andrianaivo : piano et percussions
    • Benoit Lefevre : violon
    • Valentin Marinelli : violon
    • Romain Montiel : guitare
    • Thomas Nicol : guitare et basse
    • Igor Troppee : accordéon
  • 2015

    La 12e édition de la Master Class, organisée par le Festival avec le soutien de la SACEM, a été dirigée par le compositeur Marc Marder. Toujours constituée d’exercices de composition musicale sur des essais de films cultes, elle a permis à 11 jeunes compositeurs de réveler leur talent. Le ciné-concert, orchestré par Mac Marder, a mis en exergue le fruit de leur travail de composition mais aussi leur d'interprètes.

    LA MASTER CLASS DE MARC MARDER

    « Quel drôle de métier que celui d'un compositeur de film. Un métier qui n'existait pas il y a cent ans. A l'aube du cinéma, la musique avait pour fonction de couvrir le bruit du projecteur ou de rassurer le public : Ce n'était pas des fantômes qui défilaient sur l'écran.
    Camille Saint-Saens a composé la première vraie partition pour un court-métrage en 1907, L'Assassinat du Duc de Guise. On se demande comment il a fait avec les moyens techniques de l'époque ! A présent, malgré toutes les contraintes du métier - budgets, manque de temps, compromis avec les producteurs, les réalisateurs, les distributeurs, etc. – c'est la seule niche du monde musical dans laquelle on peut terminer sa composition un jour, la faire enregistrer par un orchestre symphonique le lendemain et la sortir pour être entendue par des millions de personnes la semaine suivante ! C'est aussi un monde de liberté compositionnelle totale. Les styles peuvent varier entre le chant Grégorien, la post-Webern, le jazz moderne ou la combinaison des trois. Tout est possible si le résultat fonctionne avec l'image, amène profondeur et émotion musicale, contribue à la magie du cinéma. C'est actuellement l'endroit le plus privilégié et éclectique du monde de l'expérimentation musicale et je suis honoré d'avoir été sollicité pour gérer ce Master Class d'Aubagne dédiée à cette merveilleuse forme d'art.
    Cette semaine les compositeurs vont composer, interpréter et diriger en direct leur musique pour les films muets proposés, ce qui est au moins l'équivalent d'acrobaties sur une corde raide et sans filet ! Bonne chance à tous et que le bonheur commence ! 
    »

    MARC MARDER

    marder

    Interprète et créateur multiforme, Marc Marder, originaire de New York, vit à Paris depuis 1978. Après ses études de contrebasse avec Alvin Brehm et théorie avec Robert Levin à l’Université de l’Etat de New York College à Purchase et ses débuts au Festival de Marlboro (Vermont) dirigé par Rudolf Serkin, il devient soliste de l’Ensemble Intercontemporain de 1978 à 1980 sous la direction de Pierre Boulez. Dans les années 80, il est contrebasse solo de l’Orchestre du Festival Mostly Mozart à New York, puis membre de l’Orchestre National de France sous la direction de Leonard Bernstein et Lorin Maazel. De 1984 à 1993, il enseigne la contrebasse au CNSM de Lyon tout en poursuivant une carrière de chambriste. Sa partition pour Sidewalk Stories, film muet de Charles Lane (1989) a gagné le Deutsches Schallplatten Preis comme un des meilleurs de l'année et lui a permis de poursuivre la collaboration avec le cinéma, True Identity pour les Studios Disney à Los Angeles. Marc Marder a composé la musique des 19 films de Rithy Panh- documentaires et fiction – et a eu l'honneur de l'accompagner au Festival de Cannes ou six de ces films se trouvaient dans la Sélection Officielle. L'Image Manquante, le plus récent, a remporté le Prix d'Un Certain Regard, était nommé aux Oscars dans la catégorie des Films en Langues Etrangères et vient de remporter le Prix d'Italia (2014). Pour ce même film il vient de gagner le Prix France Musique Sacem de la musique de film en 2014. Il a composé plus de 75 bandes sons pour le cinéma et la télévision, des musiques de scènes et des pièces de concert. Dessinateur à ses heures il a publié un ouvrage en lithographie, While You Were Out, maintenant dans les collections permanentes du Musée d'Art Moderne (MOMA) de New York et la Bibliothèque de Dresde.

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Léonard Desarthes : guitare, clavier, voix
    • Olivier Rabet : violon
    • Valentin Simonelli : piano, orgue, violon, clavecin
    • Anne De Boysson : piano, flûte
    • Cyril Peron : guitare, basse, clavier
    • Guillaume St-Laurent : piano
    • Julien Bellanger : cornet à pistons, guitare, basse
    • Deborah Bombard-Golicki : violoncelle, guitare, basse, voix
    • Franziska Henke : guitare
    • Vera Nikitine : piano, orgue
    • Thomas Chabalier : piano, vibraphone, percussions
    • Hugo Sallez : guitare
  • 2014

    La 11e édition de la Master Class, organisée par le Festival avec le soutien de la SACEM, a été dirigée par le compositeur Jean-Michel Bernard, avec la participation de Jean-Philippe Audin. Toujours constituée d’exercices de composition musicale sur des essais de films cultes, elle a permis à 10 jeunes compositeurs de réveler leur talent. Le ciné-concert, orchestré par Jean-Michel Bernard, a mis en exergue le fruit de leur travail avec pour cette édition une particularité majeure : leurs compositions ont été interprétées par de grands musiciens tels que Charles Papasoff, Laurent Korcia, Fifi Chayeb, Claude Salmieri, Jean-Philippe Audin, Eric Giausserand, Basile Leroux, Marc Chantereau...

    LA MASTER CLASS DE JEAN-MICHEL BERNARD

    « Cette année 2014 à Aubagne sera celle du changement, je l’ai voulu ainsi pour cette masterclass qui va être un excellent cru. Ainsi grande première, les participants vont écrire pour une formation de musiciens de très haut niveau et se retrouver ainsi dans les mêmes conditions que les compositeurs pour le cinéma, tous pays confondus lorsqu’ils vont finaliser leurs scores en studio, qu’il s’agisse d’un premier film ou même de John Williams !
    Les extraits de films choisis à mettre en musique font partie pour certains du patrimoine du cinéma mondial et vont permettre au public de découvrir de nouvelles créations et visions musicales sur des images bien connues. L'idée est également de sensibiliser l’audience avec ce magnifique métier qu’est la composition de musique de film et ses créateurs et d’imaginer ce que sera l’avenir et la façon de l’aborder aussi bien techniquement qu'artistiquement. Le but de cette formation est de placer les jeunes compositeurs dans les meilleures conditions pour affronter à l’avenir un métier difficile ou l’art de savoir parler et de « se vendre » est aussi important que celui de savoir écrire les (bonnes) notes. Tout cela n’est pas souvent enseigné et le Festival International du Film d’Aubagne devenu aujourd’hui le plus important en France pour ce qui est de la musique, s’emploie à donner des chances supplémentaires à ceux qui sauront les saisir.
    Je sais que je vais prendre un grand plaisir à conseiller et aider ces jeunes musiciens, ainsi que de revenir participer à ce beau festival qui a pris une place particulière dans mon cœur depuis l’année dernière. Les concerts liés à cette grande manifestation, «  Jazz for Dogs »  et la soirée spéciale musiques de films, seront la cerise sur le gâteau, avec notamment la présence de mes amis, les immenses compositeurs que sont Bruno Coulais et Francis Lai. »

    JEAN-MICHEL BERNARD

    jmb-article

    Jean-Michel Bernard débute le piano à 2 ans, obtient ses premiers prix au conservatoire à partir de 14 ans et la licence de concert à l’École Normale de Musique de Paris en 1981. À 19 ans, il enregistre avec le Royal Philharmonique Orchestra de Londres et parallèlement continue de mener sa carrière de musicien de jazz.
    Sa carrière de compositeur commence à 16 ans avec le dessin animé, puis avec France Inter (directeur musical de "L’Oreille en coin" de 1987 à 1991), compositeur des émissions de Claude Villers pendant 10 ans (" Marchand d’histoires", "Les routes du rêve ", "Je vous écris", etc...).
    Il collabore avec Lalo Schifrin, Ennio Morricone, Zubin Mehta entre autres, et rencontre Ray Charles en 2000 qu’il va accompagner au sein de son quartet en tournée mondiale pendant les 3 dernières années de sa vie (album " Ray Charles live in Melbourne 2003") tout en assumant ponctuellement le rôle de chef d’orchestre, compositeur et arrangeur. Le travail de Jean Michel Bernard pour le cinéma prend de l’ampleur de par sa collaboration avec le réalisateur Michel Gondry.
    En 2000, il compose les chansons du film "Human nature". En 2006, il compose la bande son de "La Science des rêves" de Michel Gondry (avec Gael García Bernal, Alain Chabat, Charlotte Gainsbourg), sorti en mars 2006, sélectionné aux festivals de Sundance et Berlin 2006, dans lequel il joue également le rôle d’un policier mélomane. Pour son travail, il est nominé aux prestigieux World Soundtrack Awards en 2007 et remporte le prix France Musique/UCMF au festival de Cannes la même année. En 2008, il signe les partitions musicales des films "Soyez sympas, rembobinez" de Michel Gondry, ainsi que " Ca$h " d’Éric Besnard et " L’Emmerdeur " de Francis Veber. En 2010, Fanny Ardant lui confie la musique de son film "Chimères absentes", puis suivent en 2011 "Qui a envie d’être aimé" d’Anne Giafferi, "Bienvenue à bord" d’Eric Lavaine, "Paris-Manhattan" de Sophie Lellouche avec Woody Allen, et "Hugo Cabret" de Martin Scorsese.
    Plus récemment, il signe la musique du premier film de Fanny Ardant, "Cadences obstinées", qui prendra l’affiche en janvier prochain ainsi que "The Love Punch" de Joel Hopkins dont la sortie est prévue en juin 2014. Le nouvel album "Jazz For Dogs" concocté par Kimiko Ono et les compositeurs Jean-Michel Bernard et Charles Papasoff sera disponible dès ce printemps, en avril 2014.

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Benjamin Ribolet : violon, piano guitare, basse électrique, percussions
    • Eloi Ragot : piano, guitare, trompette, ukulele, glockenspiel, piano-jouet
    • Nicolas Seguy : piano, guitare, basse, melodica, claviers
    • Antoine Duchene : violoncelle
    • Valentin Lafort : guitare, banjo, basse
    • Sabrina Duval : piano
    • Ghislain Leclant : piano
    • François Liétout : piano
    • Benjamin Rando : piano
    • Quentin Fouquet : batterie, guitare, percussions
  • 2013

    En 2013, le Festival, avec le concours de la SACEM, perpétue sa Master Class de composition musicale pour l’image. Du 13 au 23 mars, Selma Mutal a transmis son savoir à 8 jeunes compositeurs et les a accompagné dans un travail de composition musicale autour des courts métrages : "Mighty like a Moose" de Léo Mc Carey, "Tulips shall grow" de Georges Pal, "Suspense" de Lois Weber et "Le pêcheur de perles" de Ferdinand Zecca. Ces exercices ont mené à une représentation publique, le mythique Ciné-concert de cloture du Festival, orchestré par Selma Mutal

    LA MASTER CLASS DE SELMA MUTAL

    "Chaque compositeur a une sensibilité personnelle face au travail à l’image. L’idée de composer de façon collective et de rassembler ainsi diverses approches musicales est un défi passionnant et une opportunité assez unique offerte aux compositeurs dans le cadre du Festival International du Film d’Aubagne. Grâce à cette formation, les compositeurs sont aussi confrontés à l’une des réalités primordiales du métier : le délai de l’écriture musicale. Je souhaite que cette expérience soit non seulement un espace de création, mais aussi de découverte et de motivation pour les musiciens, de par le besoin de dialogue et d’écoute mutuelle. Je suis ravie de participer à ce riche projet."

    SELMA MUTAL

    Selma-Mutal-01

    Pianiste de formation, Selma Mutal a étudié la composition musicale au Conservatoire d'Amsterdam aux Pays-Bas et à l'École Normale de Musique de Paris. Elle a débuté sa carrière comme compositrice pour le théâtre et la télévision. Depuis 2003, elle travaille également pour le cinéma. Elle a notamment collaboré avec la réalisatrice Claudia Llosa dont le dernier film "La Teta Asustada" ("The milk of sorrow"), a remporté l'Ours d'or au Festival de Berlin en 2009 et a été nommé aux Oscars 2010 dans la catégorie du Meilleur film étranger.
    En 2010, Selma Mutal a signé la bande originale du film "Contracorriente" ("Undertow") de Javier Fuentes León, film en coproduction française qui a reçu de nombreux prix internationaux dont le Prix du Public pour le Meilleur Film au Festival de Sundance. La musique de "Contracorriente" a été récompensée par le Prix de la Meilleure Musique Originale au Festival International du Film d’Annonay. La collaboration avec Fuentes-León se poursuivra prochainement sur un deuxième long-métrage, "The Vanished Elephant".
    En 2012, Selma Mutal a collaboré avec le réalisateur américain Tod Lending (Legacy) sur le documentaire "Burden of Silence". Elle travaille actuellement sur la musique du film "Cocaine Prison" de la réalisatrice Violeta Ayala ("Stolen"), une coproduction française qui sortira en salle en 2014.

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    •  Anne-Sophie Versnaeyen, Violon, guitare, piano
    • Anthony Scotto, Flûtes, clarinette, trompette, trombone, piano
    • Alexandre Olivier, Piano, clavier
    • Erwann Chandon, Guitare, glockenspiel
    • Alexis Maingaud, Piano
    • Thibault Cohade, Guitare
    • Benjamin Martinez, Piano
    • Marian Gabriel Weber, Violon
  • 2012

    Dix jeunes compositeurs. Dix façons de concevoir la musique. Dix jours intensifs de création. Le résultat ? Un ciné-concert inmanquable lors de la soirée de clôture du festival ! Accueilli chaque année par le public avec beaucoup d’enthousiasme, ce ciné-concert est devenu un véritable incontournable. Cet événement a été dirigé par le compositeur, musicien et orchestrateur Pierre Adenot.
    La tradition se poursuit encore avec un choix de courts-métrages des grands réalisateurs du cinéma muet, tels Georges Méliès et Buster Keaton.

    LA MASTER CLASS SELON PIERRE ADENOT

    L'activité du compositeur, jusqu'au moment de l'enregistrement, est bien souvent solitaire. C'est pourquoi la master-class de composition, dans le cadre du festival d'Aubagne, offre une perspective unique : permettre à de jeunes musiciens de sortir de leurs habitudes en confrontant leurs idées, en réagissant ensemble pour apprendre les uns des autres. Comme dans l'activité d'instrumentiste, l'écoute de l'autre est aussi importante et formatrice que le travail personnel : à ma connaissance, les formations de composition en groupe sont très rare, et je me réjouis d'y participer.

    PIERRE ADENOT

    Né en novembre 1965, Pierre Adenot reçoit une formation classique au Conservatoire de Lyon où il obtient un premier prix de hautbois et un premier prix de contrepoint. À 15 ans, il compose sa première musique de film, "La Réussite" de Brice Mallier.
    Alliant une solide formation classique (CNR de Lyon) à un apprentissage très poussé du Jazz auprès de Clare Fischer, Pierre Adenot s’impose très vite comme un arrangeur et un orchestrateur aux couleurs riches et subtiles : Il collabore actuellement avec Calogero ou Charles Aznavour.
    Parallèlement à ses activités d’arrangeur, il se distingue dans la composition de musiques originales pour le cinéma, la télévision et la publicité : "La Vérité ou presque" de Sam Karmann, "Paris je t'aime" (réalisateurs multiples, dont Alexander Payne, Richard Lagravenese, Wes Craven)... et plus récemment "Les Émotifs anonymes" de Jean-Pierre Améris. Pierre Adenot a été récompensé, entre autres, par le Grand Prix de la SACEM pour la musique du film "Les Aveux de l'innocent" de Jean-Pierre Améris.

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Jean-Marie Lemarchand, guitare classique
    • Anne-Laure Carette, accordéon chromatique
    • Yves Ruhlmann, piano, violon et alto
    • Solange Baron, accordéon chromatique
    • Nelson Malléus, clarinette Sib
    • Julie Roué, piano
    • Romain Trouillet, guitare et piano
    • Sydney Amsellem, piano
    • Stéphane Tsapis, piano
    • Gautier Galard, piano, percussions
  • 2011
    En 2011, le festival avec le concours de la SACEM a organisé pour la huitième année consécutive une Master Class de composition musicale pour l’image. Elle a été dirigée par le compositeur et arrangeur Charles Papasoff et s'est déroulée du 16 au 26 mars. Dix jeunes compositeurs ont ainsi participé à des exercices de composition musicale sur 3 courts métrages : « Conditions particulières de la ciculation parisienne » anonyme, « Charlie rate son mariage de Leo McCarey » et « Doggone Tired » de Tex Avery. L’objectif a été de fournir un travail achevé le 26 mars à l’occasion de la soirée de clôture du Festival et d’offrir une représentation publique sous forme de cinéconcert.
    L'AVENTURE DE L'ÈRE NUMÉRIQUE BE FAIT QUE COMMENCER...
    Le compositeur de bande sonore se métamorphose en un être hybride, autant féru de timbre que de mélodie, d'harmonie et de rythme. Il partage l’espace, en X.1, avec un monteur sonore qui devient son meilleur complice. Son héritage précieux de compositeur articulé côtoie une approche virtuelle qui se réinvente à chaque instant. Ses armes sont multiples : de la partition à l’ordinateur, de l’improvisation à la composition. Il comprend la mécanique du processus de création dans toutes ses étapes et en anticipe les aléas pour livrer une bande sonore à l’image des aspirations du film et de son réalisateur. Joli programme… belle vie. Nous vous invitons à partager un atelier à l’image de la réalité dans la fiction. Où serait-ce l’inverse ?
    CHARLES PAPASOFF
    Artiste aux talents multiples, Charles Papasoff est musicien, compositeur, arrangeur, acteur, réalisateur et producteur.
    Connu dans le milieu jazz comme saxophoniste baryton mais à l’aise avec plusieurs instruments et dans un bon nombre de styles musicaux, Charles consacre une grande partie de son temps à la composition et à l’enregistrement. Ces dernières années, en plus de composer pour le Papasoff Qtet, il a travaillé pour le cinéma, signant des musiques de film tel « Le fugitif ou les vérités d’Hassan » de Jean-Daniel Lafond (2006) et « La lune viendra d’elle-même » (2005) de Marie Jan Seille.
    En danse contemporaine, Papasoff a composé entre autres, les musiques de « Plus seule qu’en solo » (2004) et « Ulysses, nous et les sirènes » (2010), pour la compagnie Système D de la chorégraphe Dominique Porte, et de « L’homme filigrane » (2000) pour la chorégraphe française Myriam Naisy de la Compagnie CMN à Toulouse.
    Comme réalisateur, il a collaboré avec, entre autres, Dawn Tyler Watson et Paul Deslauriers pour « ...en duo » (Disque de l'année Lys Blues, 2008) et Coral Egan pour « Magnify » (2007) et « My Favorite Distraction » (réalisateur de l’année ADISQ, 2004).
    Comme arrangeur, on le retrouve aussi sur « Nocturno » de Bïa (2008) et le cd éponyme de Geneviève Toupin (2009).
    En tant que saxophoniste, il a participé à de nombreuses sessions d’enregistrements dont tout récemment pour Kevin Parent et Guillaume Arsenault.
    Du côté production, plusieurs réalisations sont tributaires de son travail dont les spectacles de Coral Egan à L’Espace Dell Arte (2007), le cd de Dawn Tyler Watson et Paul Deslauriers « …en duo » et celui de son ensemble, le Papasoff Qtet, « Papasoff Live » (2010).
    Et finalement, l’acteur Papasoff a tourné dans plusieurs projets ces dernières années dont récemment pour la télévision « Tout sur moi » et « Toute la vérité » (2010) et pour le cinéma « Next Floor » de Denys Villeneuve (Meilleur court métrage, Cannes 2008) et « In Cold Love » (2009) de Franck Blaess, où il détient le rôle principal.
    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Pierre Demange, guitariste, batteur
    • Gaëlle Perez, flûtiste, pianiste, bassiste
    • Valentin Hadjadj, guitariste
    • Sylvain Morizet, pianiste
    • Samuel Leloup, violoniste
    • Maxime Barthelemy, contrebassiste, laptop, trompettiste
    • Kumi Iwase, saxophoniste, clarinettiste
    • Erwan Le Guen, violoncelliste
    • Jérôme Lifszyc, pianiste, guitariste
    • Amaury Chaboty, pianiste, guitariste, batteur
  • 2010
    COMPOSER POUR RESSENTIR

    « Je suis toujours surpris de constater l’impact que peuvent avoir certaines musiques de film sur le spectateur et l’incidence que certaines de ces œuvres produisent sur l’inconscient collectif. J’ai le souvenir, étant écolier que, lors de nos récréations nous mimions la scène de meurtre de "Psychose" tout en essayant de chanter la musique de Bernard Herrmann (orchestrée avec des glissandi de cordes). La richesse de cette métaphore musicale a marqué à jamais l’histoire de la musique au cinéma. Son impact est tel, qu’aujourd’hui encore pour stigmatiser le stress, le suspens, la tension ; le style "Hermannien" constitue une référence dans laquelle bon nombre de compositeurs puisent allégrement. Telle est l’idée que je me fais du rôle de la musique au cinéma ; cette faculté qu’elle a d’influencer notre réception de l’image tout en agissant sur les émotions du spectateur. C’est cette dimension que je partagerais avec les jeunes compositeurs au cours de cette master class, à travers l’expérience qui est la mienne de compositeur et d’arrangeur.
    La relation avec le réalisateur, les moyens dont dispose le musicien pour réaliser sa musique, l’orchestration, le langage musical, le rôle donné à la musique dans un film ; tous ces éléments sont autant de facteurs que le compositeur doit essayer de maîtriser au mieux, ils constituent le cadre imposé de son travail de composition.
    Afin de préparer le ciné-concert de clôture, nous travaillerons avec les jeunes compositeurs sur l’élaboration d’éléments clefs permettant de construire la forme musicale qui accompagnera le film. Nous mêlerons à la fois, travail d’écriture, d’orchestration ainsi qu’un travail d’improvisation sur les éléments musicaux proposés par les jeunes compositeurs participants à la master class. »

    – Cyrille Aufort

    CYRILLE AUFORT

    Né en 1974 à Paris, Cyrille Aufort entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 1993 et en ressort avec un diplôme National d’Étude Supérieure Musicale. Titulaire de plusieurs premiers prix du Conservatoire National de Musique de Lyon et de Paris, ce musicien a tout d’abord composé la musique de films documentaires et de court-métrages, avant de faire ses premières armes dans le cinéma en qualité d’orchestrateur et tout en poursuivant une brillante carrière d’arrangeur pour Charles Aznavour, Serge Lama, Michel Fugain Bernard Lavilliers et bien d’autres. De plus, Cyrille Aufort a composé pour la télévision et collabore également régulièrement avec l’Ensemble de Basse-Normandie à la création de musiques originales sur des films muets. Récemment, il a composé la musique du film de Vincenzo Natali, "Splice" et celle de "L'Empire du Milieu du Sud" un film réalisé par Jacques Perrin et Éric Deroo.

    Orchestrateur renommé, il a travaillé aux côtés d'Alexandre Desplat, d’Yvan Cassar et de Gabriel Yared, entre autres. Cyrille Aufort a composé sa première musique de long-métrage pour le film 9A, de Reza Rezaï. Depuis, il a notamment signé la musique originale de "Hell" (Bruno Chiche), de "Splice" (Vincenzo Natali) et de "L'empire du milieu du sud" (Jacques Perrin et Eric Deroo).

    LES COMPOSITEURS PARTICIPANTS
    • Damien Deshayes, flutiste
    • Gaston Urioste, hautboitiste
    • Nigji Sanges, violoniste
    • Alexandre Desenfant, saxophoniste
    • Jeff Suzda, saxophoniste et clarinettiste
    • Bruno Abel, pianiste
    • Rémi Boubal, pianiste
    • Fabien Cali, guitariste

Souscrivez à notre newsletter - Subscribe to Our Newsletter


© Music&Cinema. Tous droits réservés